jeudi 11 mars 2010

L'HOMME RAPAILLE...Extrait

Mon bel amour navigateur mains ouvertes sur les songes tu sais la carte de mon coeur les jeux qui te prolongent et la lumière chantée de ton âme   qui ne devine ensemble tout le silence les yeux poreux ce qu'il nous faut traverser le pied secret ce qu'il nous faut écouter l'oreille comme un coquillage dans quel pays du son bleu amour émoi dans l'octave du don   sur la jetée de la nuit je saurai ma présente d'un voeu à l'azur ton mystère déchiré d'un espace rouge-gorge. . .   GASTON  MIRON . .
Posté par emmila à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 11 mars 2010

FRAGMENT D'UNE POETIQUE DE FEU...Extrait

 Mon premier oiseau de feu, je l'ai vu plonger dans ma rivière. C'était en un grand jour de soleil, quand la rivière porte justement son nom d'Aube, rivière agrandie par l'enfance, tranquille et toute bleue comme le ciel. L'oiseau de feu surgit, telle une flèche lancée au firmament. Le cri strident, d'où venait-il ? de l'oiseau de lumière ou de l'enfant étonné, de l'enfant solitaire ? Bien vite, l'oiseau, bousculant le miroir, projetant des perles d'eau qui furent peut être son seul butin, repartit vers le ciel. C'était un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 11 mars 2010

PIERRES BLESSEES

Parfois l’enfant ne sait pas dire son chagrin,   Mais il entend, le soir, les étranges présages   Qui annoncent aux pierres blessées, à même le sol,   Leur libération, où il apprend que les pierres   Cœurs brisés, ont parfois l’éclat dur d’un langage.   Le bruit de la mer rugit au vestiaire   - Et un reproche ; mais cela même est rassurant :   Un reproche de moins entre lui et la mort…   Et là, sur le tapis devant la cheminée,   Il regarde l’enfer et voit son avenir   - Qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 11 mars 2010

UNE HISTOIRE DE BLEU...Extrait

Horizon d'ardoise et de crassierL'immensité tout à coup se rétracteRictus de la mer, bourrée de vieux meublesDe crânes, de corps en vrac et de linges défraîchisCe qu'il reste de la Genèse et des complots ratés des dieux.Le ciel dans son scaphandre noir dort d'un sommeil de bruteLe large a lâché la meute de ses chiensLa mort court à ses rendez-vous, vivre est une illusion d'optique..JEAN-MICHEL MAULPOIX .
Posté par emmila à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,