« à certains hommes est échue en exceptionnelle fortune l'impossibilité de se complaire en eux-mêmes. J'ai voulu ressembler à ces éperdus desquels on peut dire que leur âme ne leur tient pas aux épaules ; qui la sentent les métamorphoser en toutes les choses dont elle s'éprend ; si bien qu'ils retrouvent leur corps du dehors, au poids dont il grève leur perpétuel penchant à le quitter. Tout ce qu'ils savent de leur chair, c'est qu'elle leur retire l'amour de la mort

...

« Un jour, peut-être, je te prendrai la main en souriant. Une présence aura pris la place de mon cœur, elle pèsera sur mes paupières et mes paupières s’abaisseront doucement comme les stores du logis où l’on allume la lampe. »

.
.

.

JOË  BOUSQUET

.

.

.

JOE_BOUSQUET

Oeuvre  Michel  Battle