dimanche 21 mars 2010

YVES HEURTE

La poésie par nature est féminine, et le poète également. J'appelle nature féminine l'opposé de la nature technocratique, logique, agressive et intolérante, bref : notre monde sérieux et viril. La nature féminine, loin d'être illusion et rêverie, est lucidité. Il s'agit d'accepter et de louer l'homme tel qu'il est : contradictions insolubles suivies de questions insolubles. Soyons réalistes ! Supprimer le rêve de nos nuits conduit à un manque si important qu'il mène à des troubles mentaux sévères. Or nos songes ne s'embarrassent pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 21 mars 2010

DIALOGUE ENTRE LE MÊME ET L'AUTRE

L'autre Peux-tu dire qui tu es ? Le même Moi ? L'autre Toi. Le même Toi ? L'autre Peux-tu dire qui je suis alors ? Le même Tu es celui que je suis puisque nous sommes deux. Mais, toi comme moi nous ne sommes pas les mêmes. Si nous sommes deux, c'est qu'un troisième inconnu nous a séparé pour nous permettre de converser. L'autre Je te répondrai que tu es aussi celui que je ne suis pas sinon nous ne pourrions être deux. Mais, toi comme moi nous sommes les mêmes. Si nous sommes un, c'est que nous sommes ce troisième... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 21 mars 2010

NOTRE BESOIN DE CONSOLATION EST IMPOSSIBLE A RASSASIER...Extrait

  Je ne possède pas de philosophie dans laquelle je puisse me mouvoir comme le poisson dans l’eau ou l’oiseau dans le ciel. Tout ce que je possède est un duel, et ce duel se livre à chaque minute de ma vie entre les fausses consolations, qui ne font qu’accroître mon impuissance et rendre plus profond mon désespoir, et les vraies, qui me mènent vers une libération temporaire. Je devrais peut-être dire : la vraie car, à la vérité, il n’existe pour moi qu’une seule consolation qui soit réelle, celle qui me dit que je suis un homme... [Lire la suite]
dimanche 21 mars 2010

D'UN REGARD L'AUTRE...Extrait

« La potence ensoleillée     marquait les heures,     pendant que le balancement de son pendu     les ensemençait de secondes,     ainsi fut inventée la montre, non,     à vrai dire, par le bourreau, mais par un philosophe     finaliste qui, depuis longtemps,     s’interrogeait sur l’utilité du bourreau. » .. .JOË  BOUSQUET . . .  
Posté par emmila à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 21 mars 2010

JOË BOUSQUET

« à certains hommes est échue en exceptionnelle fortune l'impossibilité de se complaire en eux-mêmes. J'ai voulu ressembler à ces éperdus desquels on peut dire que leur âme ne leur tient pas aux épaules ; qui la sentent les métamorphoser en toutes les choses dont elle s'éprend ; si bien qu'ils retrouvent leur corps du dehors, au poids dont il grève leur perpétuel penchant à le quitter. Tout ce qu'ils savent de leur chair, c'est qu'elle leur retire l'amour de la mort ... « Un jour, peut-être, je te prendrai la main en souriant. Une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 21 mars 2010

HEATHER DOHOLLAU

Maintenant que tu n’es plus que lumière Le sourire de choses absentes Et ce regard d’étoile qui embrase Le cristal d’un monde.HEATHER  DOHOLLAU.
Posté par emmila à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,