Ti aghju da dì
una fun­tana chjara appesa à lu me sguardu
aprile ci si ghjoca cù i canti di l’acqua
u pul­lone si incanta di tanta forza nova

Ti aghju da dì

e centu fole ardite ch’ella sumena l’ombra
quandu agostu infreb­batu si avvampa in li so sciali
per l’omu insi­schitu à l’orlu di e stonde

Ti aghju da dì

a cen­nera di inguernu si piatta in le so brame
è u core ammat­tatu allenta i so slanci
dumane venerà u fiore à l’aman­dulu

Ti aghju da dì

un isu­lottu postu in un ciottu di l’onda
accerta pianu pianu a forma di e so sponde
in quella voce mora ampa­rendu u so nome

Ti aghju da dì

sopra à stu muru bughju hè spun­tata un’arietta
vole parlà di machja è di amore è di mondi
è canta à u crede e parulle ancu à dì.

.

GHJACUMU  THIERS

.

42749770_p

.

Ces mots qu’on n’a pas dits



Je vais te dire

une fon­taine claire pen­due à mon regard
Avril s’y égaye avec les chants de l’eau
le cha­ton se régale de tant de force neuve

Je vais te dire

les cent con­tes har­dis que l’obs­cu­rité sème
lors­que l’août enfié­vré arde dans ses déli­ces
pour l’homme qui se trou­ble au seuil de ses émois

Je vais te dire

la cen­dre de l’hiver cache ses nos­tal­gies
et le coeur assourdi ralen­tit ses élans
l’aman­dier demain aura sa fleu­rai­son

Je vais te dire

un tout petit bout d’île mis dans un creux de l’onde
assure tout dou­ce­ment la forme de ses bords
en appre­nant son nom en cer­taine voix maure

Je vais te dire

par des­sus ce mur som­bre pointe un air de prin­temps
il veut dire le maquis et l’amour et les mon­des
et chan­ter à l’espoir les mots qu’on n’a pas dits.

.

JACQUES  THIERS

.

15368557_p