mercredi 10 mars 2010

LES ÎLES...Extrait

" Le caractère illusoire des choses fut encore confirmé en moi par le voisinage et la fréquentation assidue de la mer. Une mer qui avait un flux et un reflux, toujours mobile comme elle l'est en Bretagne où elle découvre dans certaines baies une étendue que l'oeil à peine à embrasser. Quel vide ! Des rochers, de la boue, de l'eau... Puisque tout est remis en question chaque jour, rien n'existe. Je m'imaginais la nuit sur une barque. Aucun point de repère. Perdu, irrémédiablement perdu; et je n'avais pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 10 mars 2010

LA VIE QUOTIDIENNE...Extrait

« N'y a-t-il pas une porte dérobée par laquelle nous puissions nous enfuir ? Telle est l'interrogation que se posent tous les hommes, volontairement ou malgré eux. Quelle que soit la confiance que nous mettions dans la progression, elle ne remplace pas l'évasion. ».JEAN  GRENIER.
Posté par emmila à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 5 mars 2010

TESTAMENT PHONOGRAPHE...Extrait

J'habitais avec des hommes. Aujourd'hui, je m'en soucie, de loin, et quand je marche, seul, dans mes pattes foulant l'herbe, j'entends des musiques militaires ou je vois le spectre de la Rose et le devoir d'oiseau de Nijinsky. Une trappe ça s'invente, ça s'apprend. Dans ma trappe aujourd'hui, je vis avec une population car je suis devenu la population. Il suffit qu'un berger passe avec son troupeau, pour qu' aussitôt je m'identifie au spectacle de la laine bientôt tondue, aux effrois de l'égorgement, aux fourrures prolétaires, aux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 4 mars 2010

L'AIR DE L'EAU...Extrait

«J’ai devant moi la fée du sel             Dont la robe brodée d'agneaux   Descend jusqu'à la mer.» (...) « Je chante la lumière unique de la coïncidence »..ANDRE  BRETON.
Posté par emmila à 22:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 4 mars 2010

TOLSTOÏ...

« Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille. » .. .LEON  TOLSTOÏ . . .
Posté par emmila à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 3 mars 2010

EN MER AVEC L'OISEAU

The Return of the Cranes - Le Peuple Migrateur - Bruno Coulais ... . Le temps était incertain, menaçant. On sentait poindre le grain à la naissance redoutée de ces rues de nuages instables remontant d'Afrique; l'orage était imminent. Les volutes blanches s'enroulaient dans le ciel, butaient et s'amassaient contre les montagnes ou bien filaient à grande vitesse vers le grand sud en bombes déchiquetées. Elles disaient la véhémence des rafales sous le vent de l'Île et, les pluies à venir par le Sud-Est, sur l'autre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 3 mars 2010

CLARTE SANS REPOS...Extrait

Au point où en sont les choses, de quelle clarté perdue venons-nous ? Qui peut se souvenir de l'inexistence ? Il serait sans doute plus doux de revenir, mais nous entrons indécis dans une forêt d'aubépines. Il n'y a rien au-delà de l'ultime prophétie. Nous avons rêvé qu'un dieu nous léchait les mains : nul ne verra son masque divin. Au point où en sont les choses, la folie est parfaite. .. .ANTONIO  GAMONEDA . . .    
Posté par emmila à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 3 mars 2010

JARDINS D'HIVER

Lorsque la mort viendra, aurai-je assez de paix en moi, et de désir, et de silence ? Faudra-t-il rencontrer pour la dernière fois, dans le miroir du vent, celui que je n'ai pas su être ?....BERNARD  DELVAILLE . Oeuvre  Jean Cocteau
Posté par emmila à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 3 mars 2010

BUKOWSKI

ils ont traité Céline de nazi ils ont traité Pound de fasciste ils ont traité Hamsun de nazi et de fasciste ils ont mis Dostoïevski devant un peloton d’exécution et ils ont fusillé Lorca fait subir à Hemingway des électrochocs (et on sait qu’il s’est tiré une balle) et ils ont chassé Villon de la ville de Paris et Maïakovski déçu par le régime et après une querelle amoureuse eh bien, il s’est lui aussi tiré une balle. Chatterton a avalé de la mort aux rats et ça a marché. et certains disent que Malcolm Lowry est mort ... [Lire la suite]
mercredi 3 mars 2010

QUATORZIEME POESIE VERTICALE...Extrait

Vivre c’est être en infraction. A une règle ou à une autre règle. Il n’y a pas d’alternatives : ne rien enfreindre, c’est être mort. La réalité est infraction. L’irréalité l’est aussi. Et entre les deux flux un fleuve de miroirs qui ne figure sur aucune carte.   Dans ce fleuve toutes les règles se diluent, toute infraction devient un autre miroir. . ROBERTO  JUARROZ .  
Posté par emmila à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,