mercredi 5 mai 2010

BILLETS A FRANCIS CUREL...Extrait

"... Je veux n'oublier jamais que l'on m'a contraint - pour combien de temps? - à devenir un monstre de justice et d'intolérance, un simplificateur claquemuré, un personnage arctique qui se désintéresse du sort de quiconque  ne se ligue pas avec lui pour abattre les chiens de l'enfer. Les rafles d'Israélites, les séances de scalp dans les commissariats, les raids terroristes des polices hitlériennes sur les villages ahuris, me soulèvent de terre , plaquent sur les gerçures de mon visage une gifle de fonte rouge.... [Lire la suite]

mercredi 5 mai 2010

LETTRE A MA PETITE-FILLE

Tu as pris tes yeux en rond,     tu t'interroges.     Qui es-tu, me demandes-tu ?     Ah ! ah ! Je m'inquiète     ta question m'inquiète     elle pose problème…         Je ris, je galège comme on dit ici.     Toi, tu te demandes, tu m'évalues.     C'est étrange, je suis le problème     et tu es la question.         Tu me toises.     Dans ton regard une suspicion amusée,     un éclat de curiosité... [Lire la suite]
mercredi 5 mai 2010

NOUS SOMMES BEAUCOUP

De tant d’hommes que je suis, que nous sommes, je ne puis en trouver aucun: ils se perdent sous mes vêtements, ils sont partis dans une autre ville. Lorsque tout est préparé pour me montrer intelligent le sot que je porte caché prend la parole dans ma bouche. D’autres fois je m’endors parmi la société distinguée et lorsque je cherche en moi le courageux, un lâche que je ne connais pas court prendre avec mon squelette mille précautions délicieuses. Lorsque brûle une maison respectée au lieu du pompier que j’appelle ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 5 mai 2010

MUCHOS SOMOS

De tantos hombres que soy, que somos, no puedo encontrar a ninguno:se me pierden bajo la ropa, se fueron a otra ciudad.Cuando todo está preparado para mostrarme inteligente el tonto que llevo escondido se toma la palabra en mi boca.Otras veces me duermo en medio de la sociedad distinguida y cuando busco en mí al valiente, un cobarde que no conozco corre a tomar con mi esqueleto mil deliciosas precauciones.Cuando arde una casa estimada en vez del bombero que llamose precipita el incendiario y ése soy yo. No tengo arreglo. Qué... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 5 mai 2010

L'AMOUR EST UN CHIEN DE L'ENFER...Extrait

Trop grand trop petit trop gros trop maigre ou rien du tout.   Rire ou larmes   haineux amoureux   des inconnus avec des gueules passées à la limaille de plomb   des soudards qui parcourent des rues en ruines   qui agitent des bouteilles et qui, baïonnette au canon, violent des vierges   ou un vieux type dans une pièce misérable avec une photographie de M.Monroe.   Il y a dans ce monde une solitude si grande que vous pouvez la prendre à bras... [Lire la suite]