vendredi 7 mai 2010

DEFENSE DE SAVOIR...Extrait

L'aventure est pendue au cou de son rivalL'amour dont le regard se retrouve ou s'égareSur les places des yeux désertes ou peuplées.   Toutes les aventures de la face humaine,Cris sans échos, signes de mort, temps hors mémoire,Tant de beaux visages, si beauxQue les larmes les cachentTant d'yeux aussi sûrs de leur nuitQue des amants mourant ensemble,Tant de baisers sous roche et tant d'eau sans nuages,Apparitions surgies d'absences éternelles,Tout était digne d'être aimé,   Les trésors sont des murs et leur ombre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 7 mai 2010

SANGS BRUTS

Si cette mer immense De rythmes agités, a corrodé ton âme, Si le jaunissement des plages au couchant Vient éclaire ton front qui pense ... Si cet éther immense, Si le ciel caressant comme une main de femme Imprègne, en sa douceur, l'alarme de ton chant, Laisse, ébattre l'esprit qui danse ... Quand cette ville immense Derrière toi essaie son sortilège humain, Quand bruissent ses reflets, et que ses longs cris, brament Gardes-toi, de pleine puissance. Car cette joie immense Qui meurtrit ton esprit aux forces du penser T'a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 7 mai 2010

CATALUNYA DALI

A Madame Gala Dali. .     Sec sans noir,      Cardiosperme aux jaune et rouge d'alcès;      AMPURDAN, mystique poésie de parabole. Talons crépiteurs, quoi de toi, anormal fissile ? Ces mers, animales de lune, étampent un chant indigo, artères cogne-vite du songe; moulins épaufrés d'OURSINS.      Grandeur à cornes toutes...      Débouquant une nuit fleurie de crêpe,      Sommeil à neuf fracas qui donne Pâques;      Nerf... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 7 mai 2010

HORIZON ABSOLU...Extrait

Je n'habitais que l'autre monde de la mer... De gros cargos craillant de chaînes, comme ensablés au banc des brumes; tout un cielleux bestiaire. En ma courtauderie ramassée comme un ceps, je, aux larmes de l'espace, parçonant l'appel de l'onde... Tu veux mon âme à nu, tu veux ces mains tremblantes, comme fume au lointain, l'horizon décomposé de mon enfance... Ces astres au ciel vaste, mouvement trillé des ondes, l'immense scansion où rebondit la lune. Je resterai cet insurgé ....EMMANUEL  LOOTEN .
Posté par emmila à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,