J'ai pour te bâtir un tombeau
          des mots du soleil et des rêves,
          rien qui appartienne au poids du monde

rien qui t'impose une mort enchaînée,
          rien qui ralentisse ta course plus haut
          que tous les sommets.

 

Tu vois je t'invente
          un tombeau sans dorure,
          sans marbre ni couronne, je t'élève
          moins qu'une stèle perdue dans le désert,
          je t'offre un souffle de sable et de vent,
          tombeau d'oiseau migrateur,
          tombeau de papillon bleu,
          tombeau de cerf-volant.

 

           Au plain-chant de l'univers
          tu es le rire de la pure lumière,
          la joie sans ombre qui donne
          et donne encore présence à l'impossible,
          comme ce poisson que tu léguais au ciel
          ou ces fleurs qui acceptaient pour toi seule
          d'éclore sous la lune.

 

          Alors depuis les ténèbres où je suis,
          moi le quasi-mécréant je te crie
          que s'il est une autre Jérusalem,
          tu es ma femme céleste.
..

.

.

.

 

ANDRE  VELTER

.

.

.

 

_U4O4393