le jour naît justement
de ce pilon familier,
d'une meule dont j'ai souvenance
qui marie le grain au chant.
 
l'eau et la femme se réveillent,
dénouent un rire bleu qui rejoint
l'oiseau jamais assoupi.
 
la conjugaison du cristal.
 
les jambes de l'enfant jaillissent
dans un élan qui les grandit ;
les bêtes harcèlent l'aube
d'un métal intarissable.

.
.

.

TAHAR DJAOUT

.

.

.

ble333