Le cadavre de la petite est encore chaud sous les décombres,
Son âme s'est envolée tel un rossignol  se cachant de la pluie de décembre
Mais la pluie n'est que feu sur  Gaza aujourd'hui.
La main droite de la petite enfant est ensanglantée sous les ruines de la maison - d'où ses yeux ouverts observent à travers un trou dans le béton effondré -
un ciel cuivré,
Elle a vu des soldats pilotant des aigles de fer
                                     Ces nuages d'acier sèment la mort à Gaza.
Et sa main gauche est amputée, alors qui va feuilleter les livres scolaires ? Qui fera le devoir de mathématiques ? Qui dessinera une maison, un chemin et des fleurs dans le jardin ?
Qui ?

***


Le nuage des morts, le nuage d'acier pleut un enfer

L'absence des martyrs  s'envole et devient un nuage arrosant de sang ceux qui sont venus de New York, de Paris, de Moscou ou d'Ethiopie,
Et qui sont devenus des soldats pour défendre le nouveau Massada …
Le nuage des morts est noir et lourd, martyr et plein de colère…
Prenez garde ô soldats lorsque le nuage de petits martyrs pleuvra sur vos casques des larmes ensanglantées…
Prenez garde d'un nouvel exode et d'une errance éternelle…

***


Relâches tes renards d'acier

Dans les champs de Gaza,
Dans les ruelles étroites des camps de réfugiés
Dans les universités
Ô Samson, le nouveau suicidaire...
Les abeilles ne nichent plus dans les gueules de lions abattus
Il n'y a plus de mâchoire d'âne dans ta main pour en tuer mille braves
Il n' y a plus de prostituée pour te flatter et voler le secret de ta force
Ni de tresses de cheveux divins sur tes épaules
Il n' y a pas de paroles pour maudire l'œuvre de tes mains
Alors, arrache - si tu veux - les colonnes sur lesquelles s'élève Gaza
Et prends garde - après les bombardements, s'il ne reste plus de toits - que le ciel ne tombe dessous.
.

ZIYAD  ABUALROB

.

fleur_noir_et_blanc