mercredi 23 juin 2010

IL Y A SUR CETTE TERRE...

Il y a sur cette terreIl y a sur cette terre ce qui mérite de vivre : les hésitations d’avril, l’odeur du pain à l’aube, les opinions d’une femme sur les hommes, les écrits d’Eschyle, les débuts d’un amour, de l’herbe sur des pierres, des mères se tenant debout sur la ligne d’une flûte et la peur qu’éprouvent les conquérants du souvenir.Il y a sur cette terre ce qui mérite de vivre, la fin de septembre, une dame qui franchit la quarantaine avec tous ses fruits, l’heure de la promenade au soleil en prison, un nuage mimant une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 23 juin 2010

PASSAGE ET PERMANENCE...Extrait

J’apprends par cœur le verbe aimer dit l’amoureuse Je le pratique avec les sources J’en souffle le feu sur la cendre pour réveiller le Temps mortellement touché J’en bassine les draps somptueux de l’enfance J’en sers de longues friches à labourer céans Il coule comme un vin de Cahors dans mes veines Y viennent boire les amants de toujoursJ’apprends par cœur le verbe aimer dit l’amoureuse et le pose partout sur la beauté du monde sur vos hanches parfaites à la faille de votre cou au nid de vos aisselles Ange-baiser... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 23 juin 2010

PRINTEMPS

(A Jean L’Anselme) . Avec la montée de la sève Mon Dieu ! Quelle circulation dans les bois ! On nous signale De très nombreux accidents dans les cassis Des ralentissements dans les frênes Et Du côté des chênes-lièges Quinze kilomètres de bouchons . JEAN-CLAUDE  TOUZEIL .
Posté par emmila à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 23 juin 2010

PAUL VALERY

" Par grand vent d'Ouest avec rafales- l'être se sent- se ressent en triste et comme intense isolement. Sentiment d'appartenir à ce que ce vent pourrait emporter. On voudrait se serrer contre sa/une/mère intérieure. Celle-ci est ce féminin de l'être, ce tendre et ce tiède idéal, cette paix dans les larmes, cet adieu, cette détente, cette nuit sacrée, ce don du refuge que nous prêtons à ce que nous aimons le plus profondément, à la femme d'entre les femmes, Celle aussi qui ne comprend pas. Les animaux aussi se serrent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 23 juin 2010

FRAGMENTS POSTHUMES...Extrait

Si j'aime la mer et tout ce qui ressemble à la mer et le plus encore quand fougueuse elle me contredit : Si je porte en moi cette joie du chercheur, cette joie qui pousse la voile vers l'inconnu, s'il y a dans ma joie une joie de navigateur : Si jamais mon allégresse s'écria : "Les côtes ont disparu — maintenant ma dernière chaîne est tombée — l'immensité sans bornes bouillonne autour de moi, bien loin de moi scintillent le temps et l'espace, allons ! en route ! Vieux cœur !" — O comment ne serais-je pas ardent de l'éternité,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,