jeudi 24 juin 2010

LE JOUEUR DE DES

  Traduction de Jalel El Gharbi.Qui suis-je pour vous dire Ce que je suis en train de vous dire ?Moi qui ne suis pas un galet poli par les eauxA en être devenu une figureNi un roseau percé par les ventsA en  être devenu une flûte…Je suis le joueur de désTantôt je gagne, tantôt je perdsJe suis comme vous Ou un peu moinsJe suis né à côté du puits Et des trois arbres solitaires comme des nonnesJe suis né sans cérémonial ni sage-femmeEt l’on a choisi mon nom par hasardJ’ai appartenu à une famillePar hasardJ’en ai hérité les... [Lire la suite]

jeudi 24 juin 2010

CONTRESENS

Lorsque nombres et figures ne seront plus La clef de toutes créatures, Lorsque tous ceux qui s’embrassent et chantent En sauront plus que les savants profonds, Lorsque le monde reprendra sa liberté Et reviendra au monde se donner, Lorsqu’en une clarté pure et sereine alors Ombre et lumière de nouveau s’épouseront, Et lorsque dans les contes et les poésies On apprendra l’histoire des cosmogonies, C’est là que s’enfuira devant un mot secret Le contresens entier de la réalité. .   NOVALIS   .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 24 juin 2010

SILENCE

  Ça n’est pas tout à fait le silence. Ça y ressemble, pourtant. Mais c’est plus trouble, moins transparent.Là au fond, il y a une rumeur, une humanité, une matière commune. Des voix, des rires, un tissu familier d’enfances et de souvenirs. Puis, de part et d’autre de l’horizon sonore, des rouges, des bleus, des jaunes qui tâchent le ciel. Des coquelicots, des mimosas qui éclaboussent la nuit. Et puis nos yeux pour s’accrocher à la bouche de leurs rêves. Ça n’est pas tout à fait le silence. Ça y ressemble, pourtant. Mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 24 juin 2010

ÊTRE LE SILENCE

Tuer en moi tout désir, humilier en moi toute exaltation, ébraser toute étincelle, tout ce qui me rappelle à l’ordre du devenir.  Il ne doit, en moi, ne demeurer rien. Non pour y instaurer un quelconque culte de la foi et de la lumière. Mais pour y édifier un silence plus vaste que tous les néants. Je veux que ce silence s’étende en moi, qu’il prolifère en moi, qu’il brise et décortique chacune de mes cellules pour s’y greffer.A défaut de pouvoir me tuer car je suis trop lâche, car je suis l’adepte des violences fades, je ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,