« O touareg
    Ou bien l’orgueil
    d’une vie fière
    une vie qui ne soumet
    pas même la dignité de l’ennemi
    la mort
    Ou alors l’effacement
    jusqu’au résidu de notre semence
    cette goutte de sueur
    qui déjà se confond
    avec le gravier
    pavant la voie
    de l’infini nomade ».

(...)


« Nous sommes le miroir du futur

Où est l’éclair

    qui veut connaître

le visage du crépuscule

« Nous sommes la mémoire et le rêve »
    « Nous sommes la branche et la racine
    du temps »

    fondu dans son aube ? »

       

« Et nous savons
    faire oublier à l’homme
    le chagrin de ses perles ».

(....)

       

« La terre et les cieux sont nuée
    de larmes et de mugissements »

   

« Et nous savons
    veiller sur le compagnon vent
    quand il s’épuise et brise ses ailes
    et apprendre à l’étoile
    à rire quand elle s’aveugle ».

.

HAWAD

.

DESERT