mardi 27 juillet 2010

PRIERE DU VIEUX MAÎTRE SOUFI LE LENDEMAIN DE LA FÊTE....Extrait

Dis-moi le GrammairienToi qui connais les déclinaisonsLes subordinationsLa nature et la fonctionEt l’élision des chosesLequel prête son nom à l’autreL’amour ou l’absoluQu’il t’arrive de nommer AmourJ’ai cherché cet AmourDans les livres, sur les routesDis-moi le GrammairienAi-je le droit de trouver l’absoluDans le vermeil d’une fraiseJ’ai sorti les plus beaux poèmesPour voir mon amourEt ma plus belle chemiseJ’ai oublié mes prièresDis-moi d’où nous vient l’amour des sources,Des dunesSerait-ce une métaphore de la métaphoreOu... [Lire la suite]

mardi 27 juillet 2010

BEL-AIR BABEL RAPJAZZ CREOLE

  Au lait des mots de la mémoire qui tangue à faire la France en terre créole entre vide et plénitude le jeu cruel du songe saturé d’illusions à côté du mensonge toujours fidèle à l’écriture je dis mon île ma ville mon quartier et ma voix en métissage de soleil et de lune mes amours fabuleuses en grossesse de symboles le dérisoire pouvoir des signes face au massif du quotidien qui bouge et change malgré l’immobile éternité du rien ma surréelle fantaisie d’enfant jouant clown musicien et jongleur trapéziste dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 27 juillet 2010

TAHAR BEN JELLOUN

J'arpente l'abîme. Je descends. Je suis suspendu. Les cendres fument encore. Elles montent, m'enveloppent puis retombent, poussière grise qui fait de mon corps un sablier. Je suis friable. Je suis une vieille roche délaissée. Je suis sable et temps. Je suis sans visage. Je nourris la terre et verse mes paroles dans le sang de la terre. J'irrigue les racines d'arbre au printemps tardif.                        Je compte les jours et les morts pendant... [Lire la suite]