Dans la source de tes yeux
  vivent les nasses des pêcheurs de la mer délirante.
  Dans la source de tes yeux
  la mer tient sa parole.
 
  J´y jette,
  cœur qui a séjourné chez les humains,
  les vêtements que je portais et l´éclat d´un serment :
 
  Plus noir au fond du noir, je suis plus nu.
  Je ne suis, qu´une fois renégat, fidèle.
  Je suis toi, quand je suis moi.
 
  Dans la source de tes yeux
  Je dérive et rêve de pillage.
 
  Une nasse a capturé dans ses mailles une nasse :
  nous nous séparons enlacés.
 
  Dans la source de tes yeux
  un pendu étrangle la corde.

.

.
.

.

.

PAUL  CELAN

.

.

.

.

.

Toile_d_araignee