Et la parole de pierre tomba

Sur mon sein encore vivant.

Ce n'est rien, j'étais prête. De toute façon, je m'y ferai.

Aujourd'hui, j'ai beaucoup à faire :

Il faut que je tue la mémoire jusqu'au bout,

Il faut que mon âme devienne comme de la pierre,

Il faut que je réapprenne à vivre.

Sinon ...

Le bruissement chaud de l'été

Est comme une fête derrière ma fenêtre.

Depuis longtemps je pressentais

Cette journée ensoleillée et cette maison déserte.

.

.