Un  petit bout de chemin
              somme  toute
              Le  temps de fermer
              puis  de rouvrir la main
              et  le souffle de l’être
              l’âme  du lieu
              auront  traversé
              sans  rien imprimer sur ta paume
À  peine subsistera-t-il
un  soupçon de parfum
qu’une  autre main aura laissé sur la tienne
Dès  lors et sans tarder
              tu  devras retourner au travail du chimiste
              pour  que cette encre invisible
              devienne  indélébile

.
.

.

ABDELLATIF  LAÂBI

.

.

.

blog2_85_img1573_mains