À KHADDA

  .
tu te surprendras
par un soir d'été
accablé de libertés
dans les réseaux du désordre
 
peu importent
les sarcasmes et les rires
ils nous ont devancé
- les orages humains de l'humilité -
 
l'iode et le sel
les œufs dans les blessures béantes
les rossignols et leurs nids débridés
le meuglement des coquelicots
le givre des veines
 
tous les signes d'évidence
tous les talismans inachevés
les foires aux alphabets
et ce grimoire séditieux que tu sais
pour naviguer sur l'étendue
d'un détournement d'étoiles
et enfin
prolonger et l'arbre et le fruit
en cascades de calligraphies
et en sourates de poussières
  .

ABDELMADJID  KAOUAH


.

matisse_portes_de_la_casbah

Oeuvre Henri Matisse