Regarder le noir
si intensément labyrinthe.
Voir poindre une infime lumière.
Tout au bout.
De l’autre côté.
Le long du temps qui rêve.
Là où tout s’océanise et déferle
dans le sens des cailloux et des dunes…
 
… fruits du silence, les autres sont-ils vivants ?
Le néant m’emplit la tête.
J’abrite l’éloquence de la folie
dans les trous de l’univers.
 
Je suis Tout.
Je suis Rien.
 
Je suis bien.
 
Écrire fait naître la couleur.
.

JEAN-LOUIS  MILLET

.

1


Photographie Pierre Poulard


www.pierrepoulard.com