jeudi 12 août 2010

TERRE DU QUERCY

Que m’as-tu fait terre, terre de chênes, m’aurais-tu enchainée ? Envoûtée à tes sources secrètes, ton sol osseux, tes bras de genièvre ? Tu m’offres ta couche de pelouse sèche où se pressent pelures d’univers, mondes miniatures enchanteurs et cruels. Que m’as-tu fait terre du Quercy ? Des racines me poussent, je me noie dans ton ciel. Les oiseaux me parlent et je capte la langue nomade des nuages sans même plus avoir le désir de les suivre. Que m’as-tu fait ? Agenouillée dans ton hiver, je guette avide tes premières érections... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 12 août 2010

LE LECTEUR PRESSE

Que viens-tu faire icilecteur ?Tu as ouvert sans ménagementce livreet tu remues fébrilement le sable des pagesà la recherchede je ne sais quel trésor enfouiEs-tu là pour pleurerou pour rireN’as-tu personne d’autreà qui parlerTa vieest-elle à ce point vide ?Alors referme vite ce livrePose-le loin du réveille-matinet de la boîte à médicamentsLaisse-le mûrirau soleil du désirsur la branche du beau silence .. .ABDELLATIF  LAÂBI .. . Oeuvre Hassan Amraoui
mercredi 11 août 2010

MOHAMMED AL-MAGHOUT

« Pour être un grand poète dans le monde arabe, il faut être sincère ; pour être sincère il faut être un homme libre, pour être libre il faut vivre, et pour vivre il faut se taire… Tu me dégoûtes poésie, ô charogne immortelle ».MOHAMMED AL-MAGHOUT .
Posté par emmila à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 11 août 2010

BASILIC INSTINCT

J’ai grandi dans l’odeur du basilic. Comme tous les enfants du Sud. Ma mère, quand elle revenait du marché, en ramenait deux ou trois pots, qu’elle plaçait sur le rebord de la fenêtre de la cuisine. C’était sa place, au basilic. A l’ombre des persiennes, entrebâillées dès le printemps. J’ai appris, plus tard, que son odeur chassait les insectes. Plus tard, j’ai appris bien d’autres choses encore. Par exemple que, jusqu’à la Révolution, le basilic était une plante royale. Il ne pouvait être cueilli qu’avec une serpe d’or, et seulement... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 11 août 2010

IVRESSE DE L'AIL

La première fille que j’ai embrassée sentait l’ail. C’était dans un cabanon, aux Goudes, à cette heure de l’été où les grands font la sieste. J’ai, cette année-là de mes quinze ans, appris à aimer l’ail. Son odeur dans la bouche. Son goût sur ma langue. Et l’ivresse des baisers, et du plaisir. Vinrent ensuite les bonheurs du pain simplement frotté à l’ail et du corps épicé des femmes. Depuis, dans ma cuisine, l’ail trône. Fièrement. Malgré sa mauvaise réputation. Car l’ail, vous l’avez compris, appartient à la gourmandise de vivre.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 11 août 2010

LA MENTHE, LA PLUS BELLE DES AMANTES

On aime la menthe pour son odeur. C’est la plus populaire. Dès qu’il s’agit de citer une plante odorifère, c’est elle, elle seule, que l’on a à la bouche. Son parfum, reconnaissons-le, bien que légèrement poivré, n’entête pas, n’enivre pas. On est touché par sa grâce. Et il suffit de laisser tomber quelques feuilles dans une théière pour être comme transporté dans le palais de Schéhérazade.  La menthe agit ainsi. Comme un philtre d’amour. Je dirai même qu’elle ouvre les portes de cet imaginaire oriental où, comme le chantait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 11 août 2010

SOUFFLES ET SONGES...Extrait

(...)Dure sera la chute,si violente que les larmes se tarissentLes mots sont comme des pierresblessantes et meurtriesOn essaie de franchir la frontièreMais les barbelés sont en nousRivés, figés,nous ne parvenons plus à prendre notre envolEt voici qu’à nouveau on s’élève, on renaîtOn peut dire le ventqui nous entraîne au-delà des maraisvers le miracle du soleilOn peut dire la nuit férocepour ne pas oublierle souffle de la bêtela dure loi du mondeDire l’herbepour vivre encore un peudans l’éblouissement végétalAucune chute,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 10 août 2010

LA TRAVERSEE

 J'écris depuis qu'une aube inlassablement m'appelle à me quitter pour la suivre toujours davantage alors qu'elle aime se faire désirer,   tout aussi proche qu'inaccessible… . . . BERNARD PERROY . . . Oeuvre Giner  Bueno
Posté par emmila à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 10 août 2010

D'UNE RIVE A L'AUTRE....Extrait

   D’une rive à l’autre, les mains poilues de la terre caressent la rivière. Ses vagues se dressent comme des mamelons humides. Le printemps naît sous les feuilles mortes. Les lèvres sèches s’éveillent avec l’eau des mots. Le cœur s’embrase aux crépitements du feu. Toute liturgie emprunte à la source et au feu. La parole remonte au premier cri de l’homme surpris devant la mer ou mordu par la flamme. La détresse à la main, la truelle dans l’autre, je bâtis patiemment une maison de paroles. Du premier au dernier mot, il y a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 10 août 2010

POEME INEDIT...Extrait

  Je suis tout juste un peu d’air qui passeair où naviguent mes amis oiseauxair qui pénètre les poumons de la vie, (celui qu’ils rejettent, que respirent les feuilles)un peu d’air qui passe sans heurt sur les rochers, que traversent les sabres, les poings et les ballesj’accueille les rayons du soleilet le noir invisible de la nuitj’entoure la présence de la mortson inconnaissance peut-être – mes longs bavardages avec la merle sable, les cailloux, les herbes et les arbres .. .LORAND GASPAR .. .
Posté par emmila à 15:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,