dimanche 5 septembre 2010

L'ODEUR DE L'EAU

La paix, je la demande à ceux qui peuvent la donner Comme si elle était leur propriété, leur chose Elle qui n’est pas colombe, qui n’est pas tourterelle à nous ravir, Mais simple objet du cœur régulier, Mots partagés et partageables entre les hommes Pour dire la faim, la soif, le pain, la poésieLa pluie dans le regard de ceux qui s’aiment La haine. La haine. Ceux qui sont les maîtres de la paix sont aussi les maîtres de la haine Petits seigneurs, grands seigneurs, grandes haines toujours. L’acier est là qui est le métal gris-bleu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 5 septembre 2010

KSAR

Un ksar aux lignes de noblesse, Près du fleuve reptile effleuré par l'oiseau, Veille l'onde au fil des séguias, furtive et somptueuse hôtesse, Sous l'allusif murmure des roseaux. Un souffle daigne avec lenteur fréquenter les orges profondes: L'essor des palmes infléchies sur des hauts fûts Moire de larges ondes Leur semblance de vasque aux frissons de joyaux profus. Ce jardin clair-obscur longe d'ambre et de jade Un lieu de morts sans nom sous leur stèle ébauchée ; Bleu sombre, une femme à longs plis, vers l'affût rêveur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 5 septembre 2010

PREFACE A L'AMOUR

Si jamais, quand je serai mort, allumant ta lampe, tu vois La mer assise dans la chambre, Si jamais, quand soufflera le vent dans les ruelles, tu entends Mon pas s'arrêter à ta mémoire, Tu sauras Combien je t'aime de par le monde désolé Pour avoir demandé à ceux que nous aimions De te parler de moi. Tu seras morte aussi depuis longtemps et déjà seule dans une chambre de poussière où tout est gris. Dehors j'aurai rôdé comme faisait l'amour ouvrant les portes, et me voilà Entrant avec un bon soleil comme il en fait sur terre. J'aurai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 5 septembre 2010

VOYAGE A BARCELONE SUR LE BATEAU DE....

En prison, sur la pierre de la fontaine Yousouf l'Infortuné a dessiné son bateau. Un prisonnier qui boit à la fontaine Regarde la proue effilée du bateau Glisser sur des mers sans murs. Près de la fontaine un arbre tout blanc Un prunier. Ouvre encore une voile, Yousouf l'Infortuné Attire vers toi le port où tu vas Et arrache une branche au prunier Pour que les pigeons de la prison suivent ton sillage. Prends-moi aussi Yousouf Sur ton bateau. Mon bagage n'est pas lourd: Un livre, un cahier et une photo. Allons-nous-en,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 5 septembre 2010

JEAN-PIERRE METGE

Je me laissais glisser vers l'hiver tout me semblait facile je n'étais qu'un mendiant dessous les porches verts jamais tu n'aurais dû t'asseoir si près de moi Je sais bien tu as froid je le savais déjà à regarder tes yeux à deviner ta vie que tu le veuilles ou non que je le veuille ou non tu danses dans mes nuits mes jours deviennent nuits pour rêver plus longtemps et je nage éveillé dans ton visage-pluie Je ne dirai plus rien et pas même ton nom mais ne vas pas trop loin surtout ne dis pas non et reste donc... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 5 septembre 2010

NEW-YORK....Extrait

"Je dénonce tous ceux qui ignorent l'autre moitié, la moitié non rachetable qui élève ses montagnes de ciment où battent les cœursdes humbles animaux qu'on oublie..." .. .FEDERICO  GARCIA  LORCA .. . .
Posté par emmila à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 5 septembre 2010

JE SUIS PÂTURE D'UN HORIZON D' HUMIDES DENTS

Un effort gonflé d’eau vogue de gorge en gorge ;En roulement des flots, le même que des yeuxEn battement des eaux, le même que des cœurs,Passe, à jamais fragile, le grand songe,Du plus humble, du plus dédaigné des travailleurs ;Et le hasard humain vacille de rive en rive.Rien n’aura fait de bruit, la force aura passé,  Âpre et douce, arrachant aux rives leurs caresses.Alentour, le pays stagnait, dru de midi,Ignorant que sa force et sa beauté voguaient.J’ai fini, je descends la terre lentement,Je m’enfleuve de vase au-delà de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,