"Ô jour aimé de l'ombre même
Et des volcans éteints sous la mer
Plaisant soleil couché sur les dunes
( amoureuse main chaude )
Ou, Midi...comme un coup tambour
Tiré pour le don d'un orage
Figure-moi, soleil, un vaste avenir
Vrai comme ronces et fougères
Apporte-moi le vent des étendards
Levés pour un avènement final
Quand, les mains pleines de rayons
Tu descends ces degrés célèbres
Où nos regards à ta rencontre montent
Du fond de nos têtes renversées !

Mais, c'est par vous, humble éclair sur un seuil

C'est par vous, tremblants rayons dans l'avoine
Par vous, couleurs d'une fleur, par vous
Premiers essais du bleu dans l'aube
Tendres, pauvres fragments de lumière
C'est par vous seuls que me vient la clarté
D'une source inconnue et profonde
Où vont s'ouvrir les formes de l'espoir
Où nous perdons nos anciens visages
Où nous entrons en communauté
Enfin, enfin, avec les autres flammes
Pour consacrer le Jour, pour adorer la Nuit !"

.
.

.

JEAN TARDIEU

.

.

.

060429___Lumi_re_Cendr_e___L80___350d