On voudrait qu'un amour qui meurt
Soit de mort maléfique...
Et qu'il tue en partant ce qu'il reste de l'autre
Et on lui a pris tant...
On lui a pris son ciel..son eau,sa voix basse...
Sa houle,son ressac aprés tant de marées
Tant de temps pour ne pas rester
Tant de fuites à n'en plus finir
Pour s'ajuster,s'assujetir..
Tant de temps pour mourrir...
De ne savoir pas vivre où l'on est!...
Je vous dit: -Adieu,comme on dit:-Salut!
Comme on dit:- ça va!...parce que ça n'a pas d'importance...
Comme on dit:-Laissez-moi en paix dans la tempête
Comme dirait Pouchkine...

Les chiens de-ci de-là se filent un dernier coup de narines
Se frottent..on n'sait jamais...
Essaient de comprendre sans les yeux..
Pisser! pas pleurer...
L'homme passé vous fait un adieu aigre-doux:
Ce n'était pas mauvais de mal vivre avec vous
Je m'souviens rêvant tous deux..
Mimosas amers...
Demi-mots amers...
Poésie,me direz-vous...
Je vous dit adieu..comme on dit salut!...
Comme on dit ça va...
Parc'que ça n'a pas d'importance...
Comme on dit:"Laissez-moi en paix dans la tempête"...
Comme dirait...Pouchkine...

.
.

.

PHILIPPE LEOTARD

.

.

.

567931549_small