Hommes du voyage
femmes de la route
et gamins des Toujours-plus-loin
vos murs ont des ailes
et vos ailes en battant dérangent un peu
nos mèches de cheveux.

Elles les dérangent
parce qu’elles ont besoin d’être dérangées
pour doucement nous faire croire
qu’en nous
nous aussi
nous marchons.

.

FRÉDÉRIC  CHARLES

.

Dieuzaide04

Photographie Jan Dieuzaide