La nuit, c'est la mer qui devient comme une nuit, et c'est le ciel qui devient une mer immense, constellée d'archipels à la dérive. Voici le marin qui oublie l'eau et, le nez en l'air, navigue dans les étoiles.Il ne sait plus si ce sont des îles brillantes flottant dans le vide de l'espace ou au contraire, comme le pensaient les sages gnostiques, seulement les trous, les déchirures par lesquelles nous apparaît le monde plus vrai et lumineux que le ciel normalement cache à notre vue. D'abord, il les reconnaît. Elles portent des noms de princesses de légende, de demi-dieux, de bêtes sauvages ou domestiques, d'objets familiers, ou encore des noms de récits orientaux ou barbares tout à fait incompréhensibles mais qui chantent à l'âme. Les retrouver une à une, chacune à sa place dans le lent déroulement des sphères, est comme relire un conte de fées lu dans l'enfance: Achernar, étoile bleue, Alpha du fleuve Eridan; Alcor, cavalier de Mizar, encore appelé le Postillon de la Grande Ourse; Aldébaran, dans le Taureau, qui est orange, Aljunina qui ferme le quadrilatère d'Orion entourant les Rois Mages, avec Bételgeuse, qui est rouge, Rigel, qui est bleue et Bellatrix; à mi-chemin d'Andromède à la Polaire, le W de Cassiopée; Acturus dans le Bouvier, Véga dans la Lyre, Altaïr dans l'Aigle, Vindemiatrix, encore appelée la Vendangeuse, dans la Vierge, Formalhaut dans le Cygne, Régulus dans le Lion, Mirfak dans Persée, La Chèvre, qui est jaune d'or, dans le Cocher; Castor, dans les Gémeaux, qui est vert pâle, Kiffa boréal dans la Balance, qui est vert émeraude, Canopus, dans le Navire Argo, qui est bleue, Sirius dans le Grand Chien qui est blanche et de toutes la plus brillante...Avec elles le marin navigue à l'envers sur la voûte du ciel. Pour se diriger, il en choisit une, puis une autre, puis une autre, comme il irait d'escale en escale.

.

JEAN-FRANÇOIS DENIAU

.

MoonRiseW