jeudi 21 octobre 2010

CLAIR DE TERRE...Extrait

Plutôt la vie que ces prismes sans épaisseur même si les couleurs sont plus pures Plutôt que cette heure toujours couverte que ces terribles voitures de flammes froides Que ces pierres blettes Plutôt ce cœur à cran d’arrêt Que cette mare aux murmures Et que cette étoffe blanche qui chante à la fois dans l’air et dans la terre Que cette bénédiction nuptiale qui joint mon front à celui de la vanité totale                             ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 21 octobre 2010

LE TEMPS, CE GRAND SCULPTEUR...Extrait

Qui sait si l'âme du fils d'Adam va en haut, et si l'âme des bêtes va en bas ? Ecclésiaste, III, 21.                  Un conte des Mille et Une Nuits rapporte que la Terre et les animaux tremblèrent le jour où Dieu créa l'homme. Cette admirable vision de poète prend toute sa valeur pour nous, qui savons, bien mieux que le conteur arabe du Moyen Âge, à quel point la Terre et les animaux avaient raison de trembler. Quand je vois du bétail et des chevaux dans un champ,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 21 octobre 2010

L'ANIMAL QUE DONC JE SUIS...Extrait

  Depuis le temps, donc.   Depuis le temps, peut-on dire que l'animal nous regarde ? Quel animal ? L'autre.   Souvent je me demande, moi, pour voir, qui je suis – et qui je suis au moment où, surpris nu, en silence, par le regard d'un animal, par exemple les yeux d'un chat, j'ai du mal, oui, du mal à surmonter une gêne.   Pourquoi ce mal ?   J'ai du mal à réprimer un mouvement de pudeur. Du mal à faire taire en moi une protestation contre l'indécence. Contre la malséance qu'il peut y avoir à se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 21 octobre 2010

D'AVOIR AIME

D’avoir aimé qui mal aimait Il me reste une déchirure Une douleur une douleur Et je n’attends que le repos Le temps le temps fait mal son œuvre Qui n’oublie pas qui n’oublie rien Qui fatigue les corps repus Du désastre et des souvenirs Et rien et rien jamais n’efface Cela qui sourd au creux de soi Comme un écho comme un écho De ce temps-là qui toujours bat L’amour l'amour est sans espoir De celle-ci venue trop tard Venue ici comme une aurore Sais-tu il est toujours trop soir La fin même ne pourra pas Qui n’enterre que les ombres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 21 octobre 2010

MON SABLIER

Tout le temps, le temps nous dément.     À l'attente, à l'oubli     À la mémoire     Il nous rend plus vivants.     Ses grâces sont     Fécondes contrariétés     Le temps est notre allié     Le nom de ce qui encore     Nous préfère à la mort.     Le temps octroie     Plus qu'il ne donne en passant     Il n'est pas l'éternité     Mais outre abondante en tout temps     De déguisements et de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 21 octobre 2010

MERE COLERE

 je suis la mère colère   la terre a bu mes enfants  mes mains fouillent cette terre   mes bras flagellent le vent  mes flancs palpitent   vides  où fleurissaient les belles moissons      j’étais femme tendre  au regard d’herbes mouillées   ma douleur est de pierre  mes ruisseaux sont asséchés   et je ne suis que mère colère    mon long manteau de nuit  flotte dans le vent   je suis louve... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,