Et le poids de son ombre sur tes cils

               Et le bourdonnement touffu des insectes à tes oreilles

               Et la saveur singulière de son suc

               Dans ta mémoire

                               Le figuier

                                Ses feuilles parures t’ont caché

               Dans tes jeux jadis

               Ses branches luisantes comme des cuisses de négresse

               T’ont bercé

               Et son tronc pachyderme

               A protégé l’enfant

               Des guerriers cruels de ses rêves éveillés

                               Le figuier

               Est toujours là-bas

               Puissant mémorial

               Du bonheur enfui

               

Sémaphore tranquille

               De l’exil.

.

.

.

.

.

JACQUES  GAUTRAND

.

.

.

.

.

CABANON_02