Craquement épars
Décousus hérissés du bois
De loin en loin le tracé
Rouge d’un tir les éclats
                
D’une langue oubliée ou qui sait
A l’état de tessons, bris de
Bonds, de rumeurs et de vents
Stellaires ou le simple
Froissement de nos silences
               
Prennent-ils le feu aussi à un moment
Ces flammes sont-elles comme une danse
Qui cherche ses racines dans la nuit
Vécues, senties au long d’un vie
             
Dehors la nuit est blanche,
Dans l’âtre, ardent et fragiles
Battements de braise de nos vies-
          
Des flocons de neige bougent
Dans les blancs de nos livres
Peut-être dans les mots
De temps à l’autre que l’on dit –

.

LORAND GASPAR

.

01IMG_0564C

.