mercredi 6 octobre 2010

LA TERRE PROMISE...Extrait

Je n’ai pour amie que la nuit. Avec elle, toujours je pourrai parcourir De moment en moment des heures, non pas vides, Mais un temps que je mesure avec mon cœur Comme il me plait, sans jamais m’en distraire. Ainsi, lorsque je sens, Encore s’arrachant à l’ombre,  L'espérance immuable À nouveau débusquer en moi le feu Et le rendre en silence À tes gestes de terre Aimés au point de paraitre, lumière, Immortels. . GIUSEPPE  UNGARETTI .

mercredi 6 octobre 2010

POEME...Extrait

Même si Dieu n’existait pas, si l’âme n’existait pas    et si l’âme existait et était mortelle, et s’il n’y avait pas de résurrection, s’il n’y avait plus rien après, vraiment rien, alors la part que toi et moi aurons prise à une telle comédie n’aura été que de pitié, pitié pour cette vie qui n’est qu’un souffle, et soif, et faim, accouplement, maladie et douleur… Un jour que je marchais au milieu des bruyères en fleur, j’entendis la question que posait un enfant: Pourquoi? et je n’ai pas su lui... [Lire la suite]
mardi 5 octobre 2010

COULEUR BRAISE

                            à Yves Perrine,                         à Claude Cailleau,    Sur les bords du temps ou bien tout au-dedans, les mots tremblent, se taisent même peut-être, devenus inutiles ou simples braises dont le rougeoiement nous permet de rester immobiles, de ne plus rien attendre et de sourire aux perles rares d'un instant… . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 5 octobre 2010

DOS CUERPOS

Dos cuerpos frente a frente son a veces dos olas y la noche es océano. Dos cuerpos frente a frente son a veces dos piedras y la noche desierto. Dos cuerpos frente a frente son a veces raíces en la noche enlazadas. Dos cuerpos frente a frente son a veces navajas y la noche relámpago. Dos cuerpos frente a frente son dos astros que caen en un cielo vacío..OCTAVIO  PAZ. Oeuvre Arnohttp://gilarno.com
Posté par emmila à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 5 octobre 2010

DEUX CORPS

Deux corps face à face sont parfois deux vagues, et la nuit est océan.   Deux corps face à face sont parfois deux pierres, et la nuit, un désert.   Deux corps face à face sont parfois racines enlacées dans la nuit.   Deux corps face à face sont parfois des couteaux, et la nuit, étincelle.   Deux corps face à face sont deux astres qui chutent en un ciel vide. .   OCTAVIO PAZ . Oeuvre Stephen G.  Stini
Posté par emmila à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 5 octobre 2010

LOIN DE TOUS RIVAGES...Extrait

Pierres.Caresses de ma main.Corps.Un dialogue se noue :...les ronces parcourent d'invisibles chemins parmi les corps offerts à l'attente de midi.Ailleurs l'amour...Ailleurs des carrés de terre labourée, ensemencée, tendent leur bonheur comme du linge lavé de frais.Ailleurs du linge sèche sur un fil d'horizon vert et bleu, et la vie, lentement, s'égoutte au soleil.Ailleurs...Pierre dénudée de sa boue.Et le sang affolé s'épaissit à ce contact. .. .JEAN-CLAUDE  IZZO .. .Oeuvre Pierre Alechinsky
Posté par emmila à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 5 octobre 2010

LES ANGES DE LA PLEINE LUNE

  À la Fontaine lumineuse on joue un quatuor de Mozart dont le motif de l’andante me met au cœur un chant vaudou et je m’en vais en sifflotant pour mon Pays cet air Congo cet air si beau à quatre voix.  En cours de route j’ai trouvé deux compagnons de clair de lune et bras dessus et bras dessous nous arpentons de long en large tout le Boulevard Harry Truman Moi je préfère assurément BOULEVARD DES AMOUREUX mais n’étant point de la Commune je ne saurais légalement baptiser les rues de ma ville.  Nous sommes trois sur le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 5 octobre 2010

PRIERE D'UN MOINE ZEN AVANT DE PEINDRE

Toi sans visage et sans nom possible, nudité rayonnante et parfaite, dépouille-moi de moi-même et de toute vue l'œil et de tout art la main, rends-moi nuit et rien pour renfermer le Tout en un signe unique de ce pinceau sur papier de riz. . ELENA  BONO    .     Oeuvre Xiaoqian Li-Columeau    
lundi 4 octobre 2010

SOLITUDE

Des mains oublieuses de chaque caresse qui recherchent sur les cordes un chant si ancien qu'il ne peut être évoqué. La première ombre est sur le seuil de ta chambre : chose vaine regarder dans le miroir d'argent un visage différent de celui d'hier. Rien ne t'appartient, pas même ton visage ; tu ne voudrais rien posséder de tant de choses : seulement l’écho de ce chant d’autrefois. Que de mots dits ou écoutés du jour désormais enfui, et les sourires qui effleuraient ton visage comme des rayons de lune tombante, l'obscurité du lac ;... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 4 octobre 2010

DE L'EDUCATION...Extrait

... un savoir-faire ne peut jamais engendrer une compréhension créatrice.L'éducation, de nos jours, est une faillite complète parce qu'elle accorde la primauté à la technique. En lui accordant cette importance excessive, nous détruisons l'homme. Cultiver la capacité et l'efficience sans comprendre la vie, sans avoir une perception compréhensive des démarches de la pensée et des désirs, c'est développer notre brutalité, provoquer les guerres, et, en fin de compte, mettre en péril notre sécurité physique. ... Avoir un esprit ouvert... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,