mardi 30 novembre 2010

MA VIE SANS MOI...Extrait

Par un jour bien plus beau que la cruauté même,Avec l'appui des vents gorgés, grisés d'écume, La mer, mortellement gémissante et hautaine, Plus que moi souveraine hôtesse de mes veines,M'a couvert à jamais du désastre des brumes.Chevaux jadis amis, secours menteur des rives,Seuils où mon souvenir s'esseule comme un cri,Collines d'où mon âme sous ses feuilles flairait la nuit,Et vous confins d'esprits embellis de démence, Que ne me guidiez-vous plus bas que la souffrance ?Plus que la mort, à jamais errant indifférent, Exilé de la mort... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 30 novembre 2010

UN BRASIER DORT SOUS L'ECHO

    Cette effroyable résignation à être des consommateurs et des pourvoyeurs de mort, à sortir en rangs disciplinés des usines, des rues, des misères, des échecs, pour aller faire la guerre à l’autre, pour aller détruire et revenir sagement se faire enchaîner dans des mailles de pauvres haines, se faire broyer par les ordres de l’argent, du besoin et de la sécurité.   Où est l’ombre de l’homme appuyé à l’ombre, Où est son image oubliée aux fers, Où est son cri sur le silence des éclairs ?   Le grand ordre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 30 novembre 2010

MYSTIQUE...Extrait

Poète, que ton corps, avec toutes ses facultés, soit l’âme de ce qui l’atteint, la conscience de ce qui le brise. Ta conscience est le firmament de ce qui te brise... .. .JOË  BOUSQUET ..   . Oeuvre Frida Khalo
Posté par emmila à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 30 novembre 2010

APHORISMES SORCIERS...Extrait

" Les portes de la perception s'ouvrent tout naturellement de l' intérieur vers l'impasse de l'extériorité. Vouloir les ouvrir de l'extérieur vers l'intérieur conduit à l'impasse intérieure. Reste une troisième voie qui passe par la circoncision de la conscience : où  par la seule puissance de l'énigme inaliénable, les portes de la perception s'ouvrent de l'intérieur vers l'intérieur infini ". . MICHEL  CAMUS . Oeuvre Catherine Bougnon-Siménoff
Posté par emmila à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,