jeudi 2 décembre 2010

COMMUNIO

C’était dehors et c’était à l’intérieur.La même brise soufflaitentre l’heure matinale et l’heure du soir.Le dénouement des liserons au soleil et aux tiges là, dehors,se répétait en gémissant dans les vrilles des doigtsqui cherchaient le soleil là, à l’intérieur,tandis que les campanules blanches se renversaientd’un bonheur trop grand de la lumière.C’était le mois de mai et ça grondait de l’approche de la Pentecôte.Les nuages lourds de pluie craquaient aux coutures des éclairs.Les forêts fumaient et les pivoines se dépêchaientde... [Lire la suite]