Un reflet d’Elle

Frissonne

Tend la main

Elle me ressemble

Je fais un pas

 

L’Histoire me lie à Elle

La beauté comme malédiction

La féminité comme fardeau

 

Derrière Elle des ombres

Rodent

Se déploient

Rouges

Noires

S’étendent

Se déforment

Se transforment

S’allongent

Serpents

Sabres

Poignards

Menacent

Montent…

Le long de leurs maigres jambes

 

Elle n’a pas d’arme

Les larmes ne secourent pas

 

Ils la prennent

Ils l’arrachent

Ils l’étouffent

La transpercent

La renversent

Elle bascule

 

Côté noir

Côté nuit

Sans lune

 

La beauté comme malédiction
L’amnésie comme espoir
Le flambeau passera
D’Elle en elles
L’Histoire se tisse
Le long des rives d’un fleuve rouge.

 

JOËLLE  POUPIER

.

1_20081213_185826