Convoque si tu l'oses ton effraie, ta frayeur,
              et compte lui avec patience les plumes une à une,
              ne t'étonne pas que son nombre soit le même
              que ceux des rêves de ton enfance,
              ce sont anciennes plumes capturées aux premiers jours,
              et si tu l'oses, ne génère pas l'absence ou le désespoir
              en les gardant au fond de ta gibecière, encloses,
              disperse-les entre l'apogée des arbres,
              entre les trous des ramures et la dérobade des feuilles,
              entre les minutes lucides des heures qu'on arrache,
              entre la chamade folle des secondes,
              ne te laisse pas distraire dans ton travail de solitude
              par les nuages à l'abandon
              au-dessus des branches.

 

Le moment viendra où tu t'apercevras
              qu'il n'y a que plumes sous les plumes,
              et dans cet étrange orage de duvets
              ne te restera sous les mains,
              entre tes doigts évidés,
              qu'un néant effrayant,

 

une nouvelle effraie inconnue.

.

JOË  FERAMI

.

15113822