« À peine en venons-nous à concevoir – c’est proprement nous concevoir homme – que la vraie vie est identique à la croissance spirituelle, l’une et l’autre potentiellement illimitées, nous prenons conscience, au même instant, d’être indéfiniment manquants et comblés par pure grâce. Ce sont là des sentiments fondamentaux de toute vie intérieure. (…) Avec l’exercice de ces sentiments grandit en nous, comme le débit d’une source, l’intuition d’une générosité surabondante dont les esprits, dans leur inépuisable réciprocité, doivent étendre le réseau capillaire, à tout le genre humain. Plus un homme vit en esprit, plus il se sent, non de façon directement causale, mais par une opération mystérieuse en lui, responsable de cette irrigation perpétuelle : et plus le manque d’amour des uns, l’indigence en esprit des autres, l’inanition des multitudes, deviennent son manque, son indigence, sa famine »

.

PIERRE EMMANUEL

.

Angelika_Privalihin_1

Oeuvre Angelika Privalihin