« Je voudrais décrire l’oubli par tous les mots oubliés. Par les alvéoles qu’ont laissées les mots disparus dans ma bouche. Par l’ombre absente des objets absents. Cette porte qu’on ne peut ni fermer ni ouvrir. Cette fenêtre feinte à la vie ou à la mort suivant ma disposition d’esprit. L’irréparable blessure du temps, la discontinuité de l’âme, ce trou dans la poche, l’oubli. »

.

LOUIS ARAGON

.

JOAQUIN_SOROLLA_Y_BASTIDA_ITALIAN_GIRL_WITH_FLOWERS

Oeuvre Joaquin Sorolla