jeudi 14 avril 2011

LE TEMPS DES SIGNES...Extrait

Le rêve à pas de neigeLe rêve à pas de colombeLe rêve à pas de gouffres d'incendieLe rêve à pas de larmesLe rêve à pas de prophétieÀ pas de pluie, à pas de peurÀ pas de suie et de sueursLe rêve à pas d'abîmeOh ! sa lueurA couru tous les ciels de ton astre immobile.Le rêve, pas à pasRêve à pas de racineToi ou quel homme – à pas d'enfanceSuivra le ciel à pas de cielSous le porche du mondeSuivra le monde à pas de mortEt l'encore à pas de toujoursEt l'encore à pas de jamais ?Marchons . ARMEL GUERNE .    
Posté par emmila à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 14 avril 2011

VOLUME VERT

« Où est la maison de l'ami ? » C'est à l'aube que s'enquit le cavalier.Le ciel fit une pause.Le passant offrit le brin de lumière qu'il avait aux lèvres à l'obscur des sablesPuis du doigt désigna un peuplier et dit :« Avant d’atteindre l'arbre,Il y a une traverse plus verte que le sommeil de DieuOù l'amour est aussi bleu que les plumes de la sincérité.Tu iras jusqu'au bout de ce chemin qui débouche derrière l'adolescence,Puis tu tourneras vers la fleur de la solitude.À deux pas de la fleur,Tu t'arrêteras au pied de l'éternelle... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 14 avril 2011

C'EST VIVRE

Fanon, Amrouche et Feraoun Trois voix brisées qui nous surprennent Plus proches que jamais Fanon, Amrouche, Feraoun Trois source vives qui n’ont pas vu La lumière du jour Et qui faisaient entendre Le murmure angoissé  Des luttes souterraines Fanon, Amrouche, Feraoun Eux qui avaient appris A lire dans les ténèbres Et qui les yeux fermés N’ont pas cessé d’écrirePortant à bout de brasLeurs oeuvres et leurs racines Mourir ainsi c’est vivre Guerre et cancer du sang Lente ou violente chacun sa mort Et c’est toujours la même Pour ceux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 14 avril 2011

HAC HORA

À cette heure, tu te tais, ― et garde le silence ! C’est dans ce temps présent où ton étoile d’or brille. Ô noble maintien de la parole souveraine…   D’ores et déjà, voici les lueurs de l’aurore, désormais si nous sommes gens du maintenant. Maintenant, main-tenant ! Maintenant ou jamais ! Toi, ― entre l’autrefois et le dorénavant. Une horloge grave au lointain sonne : « ― Plus que jamais ! »   L’être nous ramène, toujours au présent, ― l’Être. Maintenir, main-tenir, ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,