N'oublions jamais
le rossignol niché dans nos têtes
atome du désir autre alphabet de l’humain
 
n'oublions jamais
l’œil métis dans les fenêtres du songe
les mamelles de jasmin dans la voûte du ciel
le rossignol est voyage du vent
femme de soie crucifiée
rose noire clouée à la chair du soleil
 
n'oublions jamais juillet
les palmiers les étoiles prosternées
car la mer le basilic la gazelle
sont lovés dans nos yeux
et le chant de blé
s'ajoute à l'écume céleste du sang
 
n'oublions jamais de retrouver
la maison du voisin
la prière du papillon
l'eau le pain
mais où est-elle cette maison  
suspendue à nos cils
et le voisin  
mort dans un jardin de lilas
    
n'oublions jamais
les mères galbées d'ombre
qui tâtent le pouls du poème
séisme dans les mâchoires de l'oubli
feu dans nos rivières d'encre
 
n'oublions jamais la terre
ni l'ultime baiser furtif
le rossignol est psaume du gardénia
 
et le combat vient de nos rêves

.

.

.

.

.

AHMED BEN DHIAB

.

.

.

.

_EVE_TECHNIQUE_MIXTE_SUR_TOILE__50X70CM_2003_

Oeuvre Ahmed Ben Dhiab

http://bendhiab-peinture.wifeo.com/galerie.php