Sacres pourpres du soleil

 Et ce ciel aux diadèmes duels

L'antre froid de la nuit signe

Ses desseins d'étoiles éployées

Sombres soufflent nos silences

De roches caves d’absences

Et la sentence des flots lancinante

Bat irréfragable leurs figements endurés

 

Témoins tangibles et immuables

Les astres un moment se font lourds

Et vacillent en leur balancement originel

D'attente et de port comblés

 

D’hier à demain mille hasards auront chu

A la scène conviés  en l’arène consacrée

 De solitudes épuisées d’implexes errances

Vers la jetée croiseront joie et chagrin

 

Et le passereau à la rive noie sa trille

Fonde le chuintement des sources perdues

L’aure cingle aux clartés d'aurore

Un plain-chant de mots absents

Elève au diapason de la vague

Plus creuse toujours recommencée

Le frisson transfiguré de l'amour

La mer débonde son vaste coeur

  Aux regrets d’argent tant d'espoirs

L’onde y galbe l'incertain  ourle l'éphémère

Revêt tel l’aveugle ses oripeaux

De fausse morte des années lumières

Et puise le sommeil de la nuit blanche

Ou de la lune gibbeuse qui naît tardée

En ce retour morne de vain muguet

Ouvrant d'autres chemins de croix déguisés

Il n’est plus d’harmonies vagabondes

Qui vaillent la traversée

Du jour rêvé à bord d'un océan de nuits

Où le croissant prodigue love l’inaltérable

J'emprunte en pêchant la voûte étoilée

Ce poudroiement des Cieux tombés sur le sable

La scène des rivages et leurs sourires de dunes

Soulignent l’infini  L’éternité qui brasille

Dans les lointains à la dérive

Une pensée ouatée et de parfums

Et de veiller au plus froid l'obscure nuitée

Un horizon plaintif de guindeau et de rets

Barde la relique de la mer sans servitudes

 Ces lendemains tissés de prairies azurées

Près du Chœur  la grande nef lactée

Comme un seul et ultime regard

 Louange en d’unitives litanies

La naissance du jour 

 

L’icône au petit soleil

Baise l’autel de la terre nue

La brume effrange du large

Des songes d'enfants ravis

.

CRISTIAN-GEORGES CAMPAGNAC

.

28_04_2011_P_che_sur_Erbaghju1