Ne fermez pas vos portes, orgueilleuses bibliothèques,
Car ce qui manquait sur vos rayons bien remplis, mais dont on
a bien besoin, Je l’apporte,
Au sortir de la guerre, j’ai fait un livre
Les mots de mon livre, rien; son âme, tout;
Un livre isolé, sans attache, avec les autres, point senti avec l’entendement.
Mais à chaque page, vous allez tressaillir de choses qu’on n’a pas dites.

.

.

.

WALT WHITMAN

.

.

.

whitman1

.

Mon âme me dit: viens

Nous allons écrire des vers pour mon Corps (nous ne faisons qu'un)

De manière que, si je revenais invisiblement après la mort

Ou très très loin d'ici dans le futur, dans d'autres sphères,

Et que je recommençais à chanter pour un groupe d'amis

(Tenant compte du sol de la Terre, des arbres, des vents, du tumulte des vagues),

Je puisse poursuivre à l'infini, avec un sourire de plaisir,

Et marquer ma propriété sur les strophes - comme aux premières

Je viens de donner mon nom, ici maintenant, ma signature d'Ame et de Corps.