(...) 

On rouvre la classe du soir

Où l'on attend le roi des cendres

 

J'ai cru le voir dans un miroir

Qui m'est resté de mon enfance

Un chant de source était devant

Qui m'a bercé jusqu'au silence

Et je le suis jusqu'à l'absence

Mon corps s'ouvrant à tous les vents

A bu le froid dans l'eau d'argent

 

                          D'un coeur noir qu'il est las d'entendre                                                

 Tout est trop beau pour être vu

Un amour plus grand que l'espace

Ferme les yeux qui ne voient plus

Et l'ombre que sa forme efface

Mendiant son pas mendiant sa place

Au jour mort d'un rêve pareil

Dira des ombres qui la suivent

Ma vie avait des yeux d'eau vive

Passé prête-moi ton sommeil

.

.

.

JOË BOUSQUET

.

.

.

crepuscule