Il regardait la tourmente saisir
à bras-le-corps et jusqu'au fond des eaux
murmurant quelque chose sur le vent
qui vendange le raisin de la mer -

ces puits d'air et d'espace où plonge
ailes repliées l'ange sans merci
éclair de beauté qui perce la nage
et dévore la pulpe de l'éclat,
la chair vive d'un mouvement de Dieu -
l'esprit du vent tendu entre les lames
dans chaque battement du corps à corps
sur les touches de l'immense clavier
martèlement au coeur de la pensée -
le beau est-il séparable du vrai ?
fruits, saveurs, et si claires dissonances
lavez, lavez encore nos images
.

LORAND GASPAR

.

63216123