Ci voli à metta fora
I parolli à bon pattu
Sò bucciardi sti parolli
Ùn ani primura di verità
È ùn cercani ch’à inganavi

Mittimu fora sti parolli di poca feda
Cacciemuli di paesi
Sò gattiva roba
Ùn vàlini tanti cosi

Ci era falata à dossu
Cum’è pichjata di soli
Dopu ghjurnata di piombu
Hè mortu
Iè hè mortu

À ci aviani dittu i venta
È ancu l’arba nascenti
À ci aviani dittu ma quand’iddi parlani
Arba è venta
Ùn facini micca senta
Com’é a parolla
Ùn scurticani micca
Sò tutti di u stessu casonu è si poni capì
Senza mancu lintà boci

Hè mortu
È a petra ùn sarà più listessa
Hè mortu
È l’acqua ùn hè più vagabonda
Hè mortu
È u rimisciu s’hè stallatu in ciarbeddu
Hè mortu
È u ventu s’hè pisatu
Più forti chè sempri
Pugnendu di dì à l’arba calcosa
Ch’ùn pudemu senta

Mittimu fora sti parolli di poca feda
Cacciemuli di paesi
Sò gattiva roba
Ùn valini tanti cosi

È chì ni sapeti vo
Vo chì piddeti tuttu par straccii
In i vo mani di ruspulaghji
Vo chì piatteti i vosci denti
Da daretu faccia mustavata
Iè vo chì ni sapeti

Pudeti dì o lu tintu
Pudeti andà à licinziavi
Pudeti smimulà è figurà
Ma oghji
Hè mortu l’omu
È ùn vi possu più senta

Rena chì scurtica a peddi
Spaventu di l’ossu
Quand’è l’ossu hè senza patronu
Denti
Lingui
Nasa
Ascultetimi
Hè mortu l’omu

 

Adori di i cascii
Sapori di i zina
Ombra lacata par u fenu taddatu
Pula di a nivi
Quand’è u tempu hè friscu è siccu
Granu di soli
Arrubatu à l’istatina
Granu d’orzu abandunatu
Chì cresci in orta pitricaghjoli
Muscu di u ghjativulpi
Ascultetimi
Hè mortu l’omu

Mimoria di a mimoria di riscuntra
Sonniu di a prima matina
Quand’è a matina hè pagna è a notti linda
Mimoria sfiurita
Mimoria sculurita
Mimoria
Hè mortu l’omu


Hè mortu l’omu
È ùn sapemu chì fà
Hè mortu l’omu
È i rundinelli bulani sempri
Hè mortu l’omu
È bruddicani i radichi di u cipressu
Iè com’è à vi dicu

Mittimu fora sti parolli
È femuli rivultà ghjustu dopu

 

Sti parolli di poca fedi
S’aiùtani trà iddi
È ci ferma sempri u sò stracinumu
Cum’è fumaccia grisgia
Culori chì fughji
È quasgi sminticatu

Si ni svènini
Quand’è ùn ci semu
Quissa à sapemu tutti

Nivuli purtetici sti tizzona
Senza allegria
È pò senza stizza

Ci hè statu l’omu
Oghji è dumani
Tremindui
U cantaremu

À pocu à pocu
S’hè sparsu un linzulonu di soli mansu
Calchi volti
Tonu veni à pichjà
È acqua à asirinà

È vo o bestii curruti
Feti cum’idda vi pari
Andeti è bulietivi

Anch’eiu v’aghjiu da ludà

Cusì faraghju

.

NORBERTU PAGANELLI

.

 

dyn009_original_1010_764_pjpeg__b46c49d1cc0bb10b4507e2b79fb07e6f

Oeuvre Egon Shiele

 

.

Il faut mettre à la porte
Les paroles sans valeur
Ces paroles mentent
Elles n’ont cure de vérité
Et ne cherchent qu’à tromper

Jetons dehors ces paroles sans foi ni loi
Chassons-les d’ici
Elles ne sont pas fréquentables
Elles ne valent rien

Il nous était tombé
Comme un coup de chaleur
Après un journée de plomb
Il est mort
Oui il est mort

Les vents nous l’avaient dit
Et même l’herbe nouvelle
Ils nous l’avaient dit mais quand ils parlent
Herbe et vents
Ne font pas souffrir
Comme la parole
Ils n’écorchent pas
Ils sont voisins et peuvent se comprendre
Sans même piper mot

 

Il est mort
Et la pierre ne sera plus la même
Il est mort
Et l’eau n’est plus vagabonde
Il est mort
Et un bruit d’enfer assaille la tête
Il est mort
Et le vent s’est levé
Plus fort que d’ordinaire
Essayant de dire à l’herbe quelque chose
Que nous ne pouvons comprendre

Jetons dehors ces paroles sans foi ni loi
Chassons- les d’ici
Elles ne sont pas fréquentables
Elles ne valent rien

Et vous qu’en savez-vous
Vous qui prenez tout pour menu fretin
En vos mains de prédateurs
Vous qui cachez vos dents acérées
Derrière une face maquillée
Oui vous qu’en savez-vous

Vous pouvez dire ô le pauvre
Vous pouvez aller faire vos adieux
Vous pouvez grimacer et faire semblant
Mais aujourd’hui
L’homme est mort
Et je ne peux plus vous voir

Sable qui écorche la peau
Epouvante de l’os
Lorsque l’os n’a plus de maître
Dents
Langues
Nez
Ecoutez-moi
L’homme est mort

 

Senteur des feuilles
Saveurs d’oursins
Ombre laissée par le foin coupé
Poussière de neige
Lorsque le temps est sec et frais
Grain de soleil
Dérobés au dernier été
Grain d’orge abandonné
Poussant dans les jardin de rocaille
Odeur du chat sauvage
Ecoutez moi
L’homme est mort

Mémoire du souvenir de seconde main
Songe du premier matin
Quand le matin est sombre après une nuit claire
Mémoire qui s’efface
Mémoire sans couleur
Mémoire
L’homme est mort

L’homme est mort
Et nous ne savons que faire
L’homme est mort
Et les hirondelles volent toujours
L’homme est mort
Et les racines du cyprès s’agitent
Oui comme que je vous le dis

Mettons dehors ces paroles
Et faisons les revenir de suite

 


Ces paroles sans foi ni loi
Se portent assistance
Et il nous reste leur trace
Comme une brume grise
Couleur incertaine
Et presque passée

Elles s’estompent
Lorsque nous nous absentons
Nous le savons tous

Nuages apportez nous ces tisons
Sans allégresse
Mais surtout sans colère
L’homme a été
Aujourd’hui et demain
Ensemble
Nous le chanterons

Peu à peu
Un grand carré de soleil familier s’est déployé
Parfois
Le tonnerre vient frapper
Et l’eau rasséréner

Et vous bêtes cornues
Faites comme il vous semble
Allez et multipliez vous

Moi aussi je vais vous chanter

Je ferai ainsi

.

NORBERT PAGANELLI