dimanche 19 juin 2011

LAISSER PARTIR...Extrait

L’enfant qui appelle au fond de chacun reste tapi dans l’obscurité de l’abandon. Il faudrait le prendre dans les bras et lui murmurer la berceuse du retour. Mais non, d’emblée nous avons choisi de ne pas entendre la profondeur de son cri   L’adulte qui ment au cœur de sa vie reste sali sous la fausse lumière du pardon. Il faudrait le tirer de sa nuit et lui crier la colère du premier jour. Mais non, longtemps nous avons choisi de ne pas rejeter la noirceur de son silence. . ALAIN SUIED .  
Posté par emmila à 22:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 19 juin 2011

CHANSON POUR MON OMBRE

Droite et longue comme un cyprès, Mon ombre suit, à pas de louve, Mes pas que l’aube désapprouve. Mon ombre marche à pas de louve, Droite et longue comme un cyprès,   Elle me suit, comme un reproche, Dans la lumière du matin. Je vois en elle mon destin Qui se resserre et se rapproche. À travers champs, par les matins, Mon ombre me suit comme un reproche.   Mon ombre suit, comme un remords, La trace de mes pas sur l’herbe Lorsque je vais, portant ma gerbe, Vers l’allée où gîtent les morts. Mon ombre suit mes pas sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 18 juin 2011

JE BÂTIS MA DEMEURE, POEMES 1943 - 1957...Extrait

                                                                                      Je parle de toinon de ma lampe... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 18 juin 2011

TRANSHUMANTS DU TRANSVISIBLE

Je suis le vent de nuit de l'été qui franchit le seuil de l'aujourd'hui et qui vient rafraîchir toutes les pièces ouvertes jusqu'à l'aurore. Je suis fils de la Terre, un errant transhumant. Je vais au-delà dans le ciel de toujours, la mort n'est plus mon ennemie. Je suis aussi le fils du ciel, passeur des mondes, des vivants et des morts, j'avance dans le temps, — je suis une force qui va de l'avant, trébuchant parfois, bégayant souvent. Je suis à l'image de ma pierre de parole, je suis un pont entre les hommes, — je suis un fragile... [Lire la suite]
vendredi 17 juin 2011

LE JARDIN D'ENCRE...Extrait

(...) et maintenant que faire avec le rien où respirent les mots tandis que les choses multiplient leurs formes dans l’espace et que la vie remue ses rides ou les replie au fond du cœur une illusion plane partout que l’on voudrait changer en certitude buée de buée nous a-t-on prévenus mais qui croire dans la fumée on essaie tout à tour la langue le rêve la plume et le couteau puis la tête s’en va plonger parmi les salaisons de la littérature parfois quelques petites ombres donnent en passant un peu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 17 juin 2011

POEMES FRIOULANS...Extrait

« Lointaine avec ta peauBlanchie par les roses,Tu es une rose qui vit et ne parle point.Lorsqu’au fond de ta poitrineTe naîtra une voix,Muette, toi aussi,Tu porteras ma croix.Muette sur le dallage du grenier, sur les marches,Sur la terre du potager,Dans la poussière des étables…Muette au foyer,Avec des mots serrésDans ton cœur, désormaisPerdu dans un sentier de silence. » . PIER  PAOLO PASOLINI . Oeuvre Anne-Marie Zilberman.  « Lontàn, cu la to pièlsblanciada da li rosis,i ti sos una rosach’a vif e a no... [Lire la suite]

vendredi 17 juin 2011

LA NUIT AVANT LE RÊVE...Extrait

 Le monde disparaît lentement. Ils regardent tous le temps trompeur sur le mur : ô allons ! Les frontières dans lesquelles nous vivons ne sont pas les frontières dans lesquelles nous mourons. Nuit âpre au corps mort, mort est le coeur mais les profondeurs restent. Cette nuit l’eau elle-même voudrait se boire jusqu’à la lie et reposer.Voyage tant qu’il y a encore monde et savoir : tu seras beau de poussière, tu connaîtras la cendre et l’éclat. Rends-toi aveugle en allant ton chemin, mais sache : faux est le soleil,... [Lire la suite]
jeudi 16 juin 2011

APPEL DES ECRIVAINS SYRIENS

Nous, écrivains syriens, adoptons l'appel lancé par nos amis cinéastes à leurs homologues dans le monde, l'adressons aux écrivains, poètes et critiques du monde entier et les exhortons à le signer. Les citoyens syriens qui manifestent pacifiquement sont assassinés aujourd'hui parce qu'ils revendiquent leurs droits les plus élémentaires de citoyens libres. C'est le même régime despotique et corrompu qui a longtemps emprisonné les Syriens et les a privés de leur dignité et de leur liberté qui détruit aujourd'hui leurs vies et leurs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 16 juin 2011

HE MORTU L'OMU

Ci voli à metta foraI parolli à bon pattuSò bucciardi sti parolliÙn ani primura di veritàÈ ùn cercani ch’à inganaviMittimu fora sti parolli di poca fedaCacciemuli di paesiSò gattiva robaÙn vàlini tanti cosiCi era falata à dossu Cum’è pichjata di soliDopu ghjurnata di piombuHè mortuIè hè mortuÀ ci aviani dittu i venta È ancu l’arba nascentiÀ ci aviani dittu ma quand’iddi parlani Arba è venta Ùn facini micca senta Com’é a parollaÙn scurticani miccaSò tutti di u stessu casonu è si poni capìSenza mancu lintà boci Hè mortu È a petra ùn... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 15 juin 2011

LA FACE HUMAINE...Extrait

« Athées et croyants, nous savons que cette puissance d’aimer est notre commun mystère : ce germe d’infini, c’est nous. Consentir à ce mystère, c’est en aimer le Principe, consciemment ou non. L’amour de l’athée pour le mystère sans nom soutient sa pensée du vrai et du juste. La science même est soumise au Principe d’amour, faute de quoi elle se livre d’avance à la mort : pareillement l’art, et la parole. Quelque déplaisante que puisse être l’apparence d’un savant, d’un philosophe, d’un artiste, il s’y discerne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,