mercredi 15 juin 2011

D'UN POETE

“Il a ancré ses mains aux continents mobiles. Il a tué de tous ses muscles, Jusqu’aux craquements de ses os Jusqu’aux éclatements de sa chair, De toute la force d’un volcan grondant Au creux de lui, Les continents sont demeurés immobiles ; Il est une île dans la mer d’ombres, La tête au sein des étoiles, Les pieds emmêlés aux racines de la terre, Les yeux comme les yeux des oiseaux de soleil Avec un regard oblique. Qui traverse et cerne les objets, Pèse sur leur masse secrète, Contemple leur noyau de miel et d’or mêlés : Et les... [Lire la suite]

mercredi 15 juin 2011

CE N'EST QUE VIVRE...Extrait

Le cri, parfois, s’achève en mélodieInstants purs,où la souffrance se fait musiqueet ligne de partageoù la blessure s’épanouiten corolle aérienneet geysers de lumière …. Transparentdésarmé,ce matin d’extrême tension,et toute la beauté du monde,désormais inutileLa mer est cruauté, avec ses coquillages,ses splendeurs oubliéesOn ne s’habitue pasIl faut partir pour ce voyageau-delà du soleilau-delà des larmes et des riresLe ciel est pureté,dénuementOn n’en reviendra pas   .   COLETTE GIBELIN   .   Oeuvre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 15 juin 2011

MADRID

Cette ride sinistre de la Sierra et l'horizon cerné d'un orage de fer: le ciel n'a plus un sourire plus un seul tesson d'azur pas un arc à lancer l'espoir d'une flèche de soleil les arbres déchiquetés se redressent gémissent comme des violons désacordés tout un village endormi dans la mort s'en va à la dérive quand la mitrailleuse crible la passoire du silence quand explose la cataracte de fracas que le plâtras du ciel s'écroule Et les flammes tordues lèchent dans la cité les blessures des lézardes calfatées de nuit et dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 15 juin 2011

HERMANN HESSE

Tous les livres du mondeNe t’apporteront point le bonheur,Mais ils te ramèneront sans tapageA l’intérieur de ton êtreLà, tu trouveras tout ce dont tu as besoin,Le soleil, les étoiles, la luneCar la lumière que tu recherchesréside en toi.La sagesse que tu as si longtemps cherchéeDans les livresSurgira, resplendissante, de chaque pageCar désormais cette sagesse sera devenue tienne... . HERMANN HESSE . Oeuvre Alireza Darvish
Posté par emmila à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 15 juin 2011

LA SEMAISON ...Extrait

 Beauté : perdue comme une graine, livrée aux vents, aux orages, ne faisant nul bruit, souvent perdue, toujours détruite ; mais elle persiste à fleurir, au hasard, ici, là, nourrie par l'ombre, par la terre funèbre, accueillie par la profondeur. Légère, frêle, presque invisible, apparemment sans force, exposée, abandonnée, livrée, obéissante — elle se lie à la chose lourde, immobile ; et une fleur s'ouvre au versant des montagnes. Cela est. Cela persiste contre le bruit, la sottise, tenace parmi le sang et la malédiction, dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 15 juin 2011

DANS LES GRENIERS....Extrait

Dans les greniers de la mémoire, ceux qu'on visite de jour, et ceux plus beaux encore, qu'on visite de nuit tandis que le corps reste oublié sur un lit, il demeure d' étranges images qui vont et viennent, fulgurent un instant dans un reflet avant de s'estomper pour réapparaître au détour des sentiers imprévus du songe. (...) . MAX ROUQUETTE . Oeuvre Lucien Pouëdras
Posté par emmila à 10:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 15 juin 2011

EXTRAIT DU JOURNAL D'UN PEINTRE DEFUNT...Extrait

Qui que nous soyons, le destin nous dirige avec une sévérité impassible. Au début, nous ne sentons pas sa poigne, absorbés que nous sommes par toutes sortes d'accidents, de sottises, par nous-mêmes enfin… Tant que l'on peut se créer des illusions, tant qu'on n'a pas honte de mentir, on peut vivre, on ose espérer. L'incomplète vérité (la question ne se pose même pas à l'égard de l'absolu), la parcelle de vérité qui nous est accessible nous clôt les lèvres incontinent, nous enchaîne les bras et nous réduit au néant. Alors, pour ne point... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 13 juin 2011

POESIES POUR MILA

En pensant à Mila qui a sept ans aujourd'hui et demain.....   Le chat ouvrit les yeux, Le soleil y entra. Le chat ferma les yeux, Le soleil y resta, Voilà pourquoi, le soir, Quand le chat se réveille, J'aperçois dans le noir Deux morceaux de soleil. . Oeuvre Catherine Jeantet . Il a neigé dans l'aube rose, Si doucement neigé Que le chaton noir croit rêver C'est à peine s'il ose Marcher. Il a neigé dans l'aube rose, Si doucement neigé Que les choses Semblent avoir changé. Et le chaton noir n'ose S'aventurer dans le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 11 juin 2011

TOULOUSE L'ESPAGNOLE

  .   La troisième édition du festival Toulouse l'Espagnole invite la Catalogne le 25 juin. Une importante exposition des Archives rend aussi hommage aux milliers d'Espagnols qui se sont installés à Toulouse à partir de 1936. Toulouse l'Espagnole vivra bientôt sa troisième édition. Le festival invite cette année la Catalogne et créée l'événement le 25 juin au port Viguerie, rebaptisé en 2009 « Quai de l'Exil Républicain Espagnol » par la Ville de Toulouse. « Cette manifestation est l'occasion de rendre hommage à la... [Lire la suite]
vendredi 10 juin 2011

LE COMPLICE

On me crucifie et je dois être la croix et les clous. On me tient la coupe et je dois être la ciguë On me trompe et je dois être le mensonge. On m'incendie et je dois être l'enfer. Je dois flatter et remercier chaque instant du temps. Mon aliment est toute chose. Le poids précis de l'univers, l'humiliation, la joie. Je dois justifier ce qui me blesse. Peu importe mon bonheur ou mon malheur. Je suis le poète.   .   JORGE LUIS BORGES .     Oeuvre Caspar David Friedrich