Suivre le poisson, suivre l'oiseau.
Si tu envies leur erre, suis-les
Jusqu'au bout. Suivre leur vol, suivre
Leur nage, jusqu'à devenir
Rien. Rien que le bleu d'où un jour
A surgi l'ardente métamorphose,

Le Désir même de nage, de vol
 
(...)
 
Mais l'oiseau point d'empreinte
Ne laisse. Son empreinte est
Son vol même. Nulle trace
Autre que l'instant-lieu,
Joie du pur avènement :
Lieu deux ailes qui s'ouvrent
 
Instant un coeur qui bat
(...)
 

Dans l'Ouvert, toutes choses se révèlent présences

Leur voie n'est point écoulement-épuisement
Présence à présence, elles se suscitent et s'élèvent
Transformant la marche droite et horizontale
En fumée bleue de l'accueil. Corps ailés tendus
Vers le clair et le haut, mouvement même du Tao

Ah, élan du souffle, pur jaillissement, chant !
.
FRANCOIS CHENG
.
63373238_p
 
Oeuvre Henri Matisse