Qu'est-ce qui fait retentir

l'aubade du maestro

 qui souffle dans les nuages, 

brise légère ou fort vent du nord?

  Est-ce l'ange qui voltige,

le vent léger qui folâtre

 de rameaux en rameaux,

gais et contents ;

  ou bien la fleur qui envoie du gazon

le fin parfum de son haleine

au figuier qui sourit au printemps ?

C'est le figuier qui à son branchage,

  pour abriter les oisillons,

  étend dans l'espace son feuillage

 qui en protégerait des multitudes. 

C'est lui qui garde une becquée

  dans chaque figue entre-séchée,

 lorsque, pendante le long des branches,

si mûre qu'elle en éclate,

tordant le col en forme de gourde,

 elle fait ruisseler les perles de son miel.

.

J. E.  CAESTELNAU

.

Figuier5

Oeuvre Aliénor Roullier