Tableau de sable
La mer lave à chaque marée l'écran souple où ma main dévide sans lassitude le geste lent de l'écriture
Sous mes doigts, le littoral devient poème que le flux recouvrira
Chaque vague se nourrit de mots
Ils s'échappent de moi
Fuient l'extrémité de mes doigts

Ni pierre
Ni os
Ni bâton
Le doigt est plume de chair
Glisse à la surface du sol
Soulève l'écume du sel

Je dis le vent, l'amour, la mort, l'enfance, la fin et le début
Je dis à l'océan ce que je suis et ne suis pas
Mes rives et mes déserts
Toute cette langue d'images abandonnée depuis longtemps par les regards utiles

C'est un tableau couché au gré des vagues
Un tableau où, de la main et du corps
J'imprime le passage de ma vie sur le support que la marée me donne et me reprend

J'écris

J'efface dans les mots versés sur le sable le souvenir grossier des tableaux noirs
Tout ce savoir
J'efface dans l'or éblouissant du sable craquant de sel l'austérité des heures passées à vouloir
J'écris pour oublier


Le temps m'absorbe
Ne reste que le geste de la main
Écriture-caresse sur le flanc de la mer
Ligne de doigts jusqu'au septentrion
Puis, pour finir
Je pose une suspension en trois points de sel
Baiser d'embruns sur mes rêves-horizons

.

LEILA ZHOUR

.

mod_articles597402_13

Oeuvre Anne Simi