Vers la mer dans les blés
Je voudrais t'emporter
A cheval ou à pied
Mais souffle contre souffle
Ne disant que des mots
Qui nous feraient trembler
Ne glissant qu'un baiser
Humble et insaisissable
Entre nous et le sable
Ma peur et ta pudeur
Notre timidité

Et nous irions obscurs
Dans la vie solitaire
Nous embrasser debout
Derrière les portes de la nuit

Laisse en moi cet enfant qui n'en croit pas tes yeux
Quand tu les plonges au fond de mon coeur étonné
Laisse toujours danser dans ton sourire
Cette si jeune fille
Qui veut que nous soyons
Toujours
Des enfants qui s'aiment...

.

.

.

PHILIPPE LEOTARD

.

.

 

.