Recevoir l'ample sur soi et pourtant justaucorps.  Émergeant, tête et poings, de l'étroite et large housse, naître à neuf dans la mise de l'autre.  La blouse de lin sur le soi élimé, retrouver une simple venue.  Débattre les plis de l'un, de l'autre, et faire, debout, des gestes ouverts, et plus grands que nature.

          Être ainsi dénudé, et la face, et les paumes et les bras, dans l'immense nef humaine.  Accolé à celui qu'on dépouilla de tout -- "ceci, mon corps" --, qui délaissa la mort, le linge et le suaire pour surgir à nouveau -- et nous venir en face.

Être vêtu et être nu.

.

JEAN-PIERRE SONNET

.

b_st_dom_etude

Oeuvre Henri Matisse

Etude pour la chapelle de st Paul de Vence