(En pensant à André Laude et après l’avoir relu)

.
J’irai de la colère à la colère
J’irai au risque des mots
Au désordre de la révolte
J’irai aux vents de mon esprit
au tourment
Et
Je vous arracherai vos masques
la face dévoyée de vos vœux
le groin de vos puissances
Crachat sur votre monde !
Je marche dans la rue
Je parle dans la rue
Il ne me reste rien
que les mots pour demain
le sang des morts
les cris et les blessures
Il ne vous reste que la force
et j’ai le poids des mots
J’irai de la colère à la force des mots
J’irai du refus au rêve
J’irai à l’envie
Je marche dans la rue
Je parle dans la rue
Je suis le couteau
et le fleuve sans fin
Je suis l’herbe qui repousse
et je respire… par le désir de toi
Demain existera

.

PIERRE KOBEL

.

ville_nuit_1